PROJETS AVORTES

Faux départ pour Radio Trophée, une radio sportive

En août 1981, le journal Libération publie un inventaire des radios libres qui éclosent un peu partout en France. Pour le Finistère, on y trouve Radio Brest Atlantique, Radio Nord Bretagne, la rumeur du démarrage prochain d'une radio soutenue par le Télégramme et une petite surprise.
Le quotidien annonce la création d'une radio consacrée au sports, Radio Trophée, et portée par hebdomadaire gratuit d'annonces.
Ce projet n'a malheureusement pas été mené jusqu'à son terme.

Radio Pop Corn n'a pas pu s'éclater

Au début de l'année 1984, des étudiants ont déposé une demande pour lancer une station sous le nom de Radio Pop Corn. L'association des amis de Radio Pop Corn a une adresse rue Navarin.

Le projet n'a pas eu de suite. pourtant ses promoteurs y ont cru car en mai 1984, on a pu lire dans le magazine Mégahertz une annonce de Radio Pop Corn qui cherchait "un émetteur 3000 F".

Radio Sun n'a pas vu le soleil

Radio Sun est un projet de radio monté par Franck Ladurel, un DJ qui dirigeait Radio Crystal juste avant qu'elle ne sombre avant l'été 83. La radio n'a pas eu l'autorisation d'émettre et Sun est restée dans l'ombre. Une association a été déclarée en sous-préfecture en mai 83, le bureau renouvelé un an plus tard, puis ce fut l'éclipse totale.

Les radios non dérogées en novembre 1983

Sur la liste des radios autorisées à émettre par dérogation au monopole d'Etat, deux dossiers apparaissent. Celui de Radio 12, non autorisée et dont on n'entendra plus jamais parler et celui de Radio Sterenn invitée à fusionner avec Radio Quartiers Brest. L'association Sterenn, créée en novembre 1982 voulait "permettre la communication et favoriser le dialogue, notamment avec les personnes isolées." Son adresse était au 130 rue Jean-Jaurès.

Autre dossier qui n'a pas abouti, celui de Fréquence Evasion à Brélès. Une asso, lancée en novembre 1983, voulait créer une radio libre. Son siège était à Prat Rouz.


Dérogations

Les projets de radios non autorisés dans le Finistère (1985)

Voici les demandes d'autorisation qui ont été refusées par la Haute Autorité dans le Finistère (mai 1985) :

Neptune FM (à ne pas confondre avec Radio Neptune), Canal Bleu Marine, Radio Service Cornouaille, Radio Tonie, Radio Amigo Vidéo, Radio Sun, Radio Alpha Stéréo, Radio Activité, Radio Planète, Radio Tilt, Radio Landi, Fréquence Bretagne 1, Fréquence Calypso.

Radio Landi : l'asso créée le 29 mai 1985 avait pour but : "Développer et promouvoir sur Landivisiau et son secteur des informations de toute nature par voie hertzienne (radio locale), et susciter des liens d'amitié entre ses membres." Elle était basée 2 allée du Canik-ar-Haro.

Radio Service Cornouailles : l'asso date de décembre 1983. Située 3, rue d'Anjou, elle veut "développer la communication en Cornouaille par la voie radiophonique en modulation de fréquence."

Fréquence Bretagne 1 : c'est un projet morlaisien de novembre 1983 qui entend "favoriser ranimation et la promotion de la région desservie par l'émetteur par différentes actions: radio locale, conférences, publication de revues, bulletins d'informations et spectacles". L'asso a son adresse au 2, place de Callac.

Radio Neurone tombe dans l'oubli

Radio Neurone est un projet de radio étudiante monté sur le campus brestois vers 1989. Quelques réunions publiques ont été organisées mais finalement le projet n'a pas abouti.

Pas de bol pour Radio Héol

Monté en 1986, le projet de Heol FM, la radio du commerce indépendant, voulait "mettre en place et assurer le fonctionnement d'un service d'intérêt collectif autour de la diffusion d'informations d'ordres économique, culturel et social par le moyen d'une radio sur le pays de Morlaix". Son responsable était Bernard Simon à Saint-Pol-de-Léon.